3 pour 2

Parce qu'avec 3 enfants, les parents deviennent minoritaires!

Génétique 27 avril 2010

Filed under: Mots d'enfants — 3pour2 @ 8:43

Benjamine joue à la maman. « oh, il faut que j’aille faire des courses pour mon bébé ». Elle disparait dans sa chambre, revient quelques minutes plus tard avec ses superbes « chaussures-qui-font-clac-clac » au pieds. (mules en plastique argenté, à talons)

« J’ai rien trouvé pour mon bébé, alors je me suis acheté des nouvelles chaussures ».

J’essaie de me souvenir qui, dans la famille, s’achète des chaussures par dépit, histoire de na pas s’être déplacée pour rien au magasin…

Publicités
 

Ma bombe « H » 21 avril 2010

Je suis de celles  – et j’espère de ceux  –  qui accordent une importance particulière à la 2e partie de l’expression « ressources humaines ». Négliger son capital humain pour une entreprise c’est à mon sens négliger ses possibilités de livrer la marchandise et, si tel est le cas, négliger ses possibilités de croissance. Oui le monde du travail est impitoyable, oui il y a la concurrence, oui il y a des cas où l’entreprise confond « avoir une vision » et « avoir des visées »; quand ce n’est pas « avoir des visions » d’ailleurs. Mais, quelle que soit la direction prise, sans le respect et l’engagement du personnel, on fonce dans un mur. Être à l’écoute, anticiper et être franc avec les employés c’est gagner leur respect. Ce n’est pas avec une langue de bois qu’on fait avancer des troupes. Leur dire tout simplement ce qui va, ce qui ne va pas, ce qui peut être amélioré, ne pas inutilement entretenir de faux espoirs quand il n’y en a pas, c’est gagner du respect. C’est se donner la possibilité de tirer le meilleur de chacun. Laisser son équipe dans l’ignorance et le silence, n’attendre d’eux que « ce pour quoi on les paye », changer sans cesse le sens du vent tout en augmentant la charge de travail, c’est courir à sa perte. Savez vous quoi? Un employé malade ou un employé mort, c’est inutile et c’est très cher. C’est faire comprendre aux gens qu’ils nous sont chers et les respecter qui est payant. Très payant.

 

Maman, j’ai pas raté l’avion! 14 avril 2010

Filed under: Mots d'enfants,Trois pour Deux — 3pour2 @ 5:09
Tags:

Être une famille avec des racines sur deux continents présente l’avantage de former la jeunesse aux voyages assez rapidement. Ainé et Benjamine ont fait leurs baptêmes de l’air à 3 mois et Cadet s’est offert le luxe d’un lit de bébé en vol dès l’âge de 5 semaines. Soit dit en passant, ce fut un des vols familiaux les plus faciles : une tétée au décollage, roupille dans le lit, et une tétée à l’atterrissage. Les choses se compliquent un tant soit peu quand la progéniture a entre 10 mois et 18 mois : quand ils marchent, ils ne cherchent qu’à explorer les allées de l’avion et quand ils ne marchent pas encore….ils ne cherchent qu’à explorer les allées de l’avion, si possible avec papa ou maman pour les tenir mais, mieux encore, à 4 pattes, en goûtant toute miette qui se trouve sur leur passage. Du concentré de bonheur pour microbes en mal de compagnie!  Je n’ose pas imaginer combien de miasmes se sont frottés à la famille en 10 ans et 32 traversées de l’Atlantique! Mais fort heureusement, je ne suis pas de ceux qui prônent l’élevage des enfants en milieu aseptisé; je suis plutôt du genre « fromage au lait cru le plus tôt possible ». Malgré ce travers de mère indigne, mon trio est  toujours en excellente santé. ..

Mais revenons à notre avion. Combien de couches avons-nous changées dans les toilettes exigües d’un Airbus? Combien de fois avons-nous dû freiner les ardeurs de la famille à l’arrivée, impatiente de se serrer les héritiers dans leurs bras …mais faisant face à l’inembrassable « famille vomi »? Je ne compte plus. Mais les voyages sont aussi l’occasion de belles déclarations d’amour. Comme Cadet qui m’a dit la dernière fois « maman, dans l’avion, je veux être assis à côté de toi » «  bien sûr mon chéri, 1er arrivé, 1er servi  (NB : une mère a beaucoup de succès lors d’un long vol….certes c’est aussi souvent elle qui a le sac avec les jeux, les livres, les crayons et  les collations). «  J’aime ça être à côté de toi car quand je suis fatigué, je peux mettre ma tête sur tes cuisses et comme elles sont grosses, elles sont confortables  pour dormir». Là on hésite entre l’amour inconditionnel et l’envie de les faire sauter en parachute….

 

Nouveaux Défis Inc. 9 avril 2010

Connaissez-vous l’entreprise Nouveaux Défis Inc?

Si oui, j’aimerais bien en savoir davantage. Depuis 16 ans que je suis sur le marché du travail (je reviendrai un jour sur  cette notion de « marché »), j’ai eu l’occasion de croiser plusieurs collègues qui, un beau jour, sont partis pour relever de nouveaux défis. On sait ce qu’il advient de ceux qui sont partis chez la concurrence, ceux qui sont retournés sur les bancs de l’école, ceux qui ont réorienté leur carrière, qui ont démarré leur propre entreprise ou sont partis vivre à la campagne mais que sait-on de ceux qui sont partis « relever de nouveaux défis »?  C’est d’autant plus étrange que, la plupart du temps. et à en lire leur avis de départ,  ils étaient tous des employés exemplaires, à la feuille de route impeccable, aux accomplissements aussi innombrables que réussis. Mais un beau matin (parce que c’est souvent le matin que ça arrive), l’envie leur prend d’aller travailler chez Nouveaux Défis Inc. C’est étrange, non, cet écart entre l’employé extraordinaire qu’on était et le départ si soudain? Qu’y a t’il donc de si intéressant chez Nouveaux Défis Inc? Quelles sont les conditions de travail? Les avantages sociaux? est-ce une multinationale ?(je crois oui, car je connais des gens qui sont partis y travailler de part et d’autre de l’Atlantique). Tout renseignement me serait fort utile.

Jusqu’à ce jour, ma petite enquête personnelle a toutefois révélé que Nouveaux Défis Inc ne recrute jamais son personnel; il lui est livré au hasard des nominations, restructurations dans l’ensemble du monde professionnel et toutes les catégories d’employés sont concermées. Nouveaux Défis Inc gère ses ressources humaines à plus ou moins longue échéance; il n’est pas rare d’apprendre quelques mois plus tard que leurs nouvelles recrues sont finalement allées chez la concurrence, retournées sur les bancs de l’école, ont réorienté leur carrière ou sont parties vivre à la campagne. Nouveaux Défis s’apparente en ce sens à une agence d’intérim; on y est de passage (sans doute pour n’avoir été pas sage dans l’entreprise précédente?). Mais là s’arrête ma petite enquête personnelle. Pour le reste, je ne sais rien. Si ce n’est que quelque part dans un manuel de gestion, quelqu’un a oublié d’écrire et de décrire l’importance de la fonction « VP Hypocrisie » dans les entreprises. Je crois que c’est le VPH qui recrute le personnel de Nouveaux Défis Inc. Mais là encore, je ne suis pas sûre…

 

Mémoire olfactive 2 avril 2010

Opération épicerie…vous savez, l’endroit où on a l’impression d’être déjà allé hier, avant hier et le jour précédent….

Aujourd’hui, je me suis fait plaisir; l’épicerie a eu lieu au Marché Adonis. Celle là, elle coûte souvent plus cher. Paradoxalement, c’est dans un endroit où tout est moins cher mais, que voulez vous, impossible de résister à ces viandes marinées, ces épices, olives, fromages et tous ces délices. On s’y fait littéralement attraper par le bout du nez.

Pourtant aujourd’hui, la « petite dépense en plus » ne m’a pas été suggérée par les étalages, les étiquettes « spécial »…non, la petite dépense en plus (très très raisonnable) fut un gros 1,99$ pour une petite bouteille de 270ml d’eau de fleur d’oranger. Mon regard est tombé sur elle et mon nez s’est réveillé…

Il y avait de l’eau de fleur d’oranger dans le placard de ma grand mère. Dans une  jolie bouteille bleue opaque. Toujours curieuse, j’ai demandé ce que c’était et, encore plus curieuse, j’ai ouvert le bouchon et senti. Senti? Humé! inhalé! Cette odeur m’a presque transportée; à la fois douce et délicate mais très tenace. Grand-mère m’a expliqué que c’était pour parfumer un peu les gâteaux; j’avais envie de dévorer tous les gâteaux du monde qui en contenaient! Par la suite, j’ouvrais la bouteille à chacune de mes visites…

Plus de 35 ans après, à l’autre bout du monde, j’ai craqué pour cette petite bouteille que je me suis empressée d’ouvrir en arrivant. Je n’ai pas retrouvé l’exhaltation de mon enfance mais j’ai retrouvé simplement un moment d’enfance : j’ai revu la scène : la disposition de la cuisine, grand-mère dans son fauteuil, grand-père sur le canapé, le placard et  la jolie bouteille bleue opaque.. Simplement par mémoire olfactive….. Merci mon nez!

Et vous, quelle odeur vous rappelle de bons souvenirs?