3 pour 2

Parce qu'avec 3 enfants, les parents deviennent minoritaires!

Boulevard des Caries 31 octobre 2010

Filed under: Ainsi va la vie...,Trois pour Deux — 3pour2 @ 8:58
Tags: ,

La collecte 2010

31 octobre. Ainé, Cadet et Benjamine, alias, Scream, l’Idiot du Village et Princesse ont bravé la température fraîche pour arpenter les rues du quartier. Vous connaissez la formule?  « treat or trick »; « bonbon ou punition ».

Alors qu’ils n’étaient même pas armés d’oeufs pourris pour punir les voisins en redécorant les portes de garage, il semble que tout le monde ait eu peur d’un châtiment. Résultat : 3 kgs de friandises. 3-KGS-DE-FRIANDISES !!!Chocolat, bonbons, chips. De quoi laisser songeur. A qui profite ce crime?  de toute évidence aux commerces, suivis de très près par les dentistes. 

En voyant cela, j’ai une irresistible envie de jouer la mère rebelle, indigne…même la marâtre s’il le faut! Je vais subtiliser le butin cette nuit et remplacer le contenu du bol géant par des mini-carottes, des têtes de brocoli et du tofu nature. J’y ajouterai 3 nouvelles brosses à dents et 3 tubes de dentifrice.

Et demain matin, je leur dirai qu’une méchante sorcière est passée…histoire de bien leur faire comprendre ce qu’est Halloween. Gniek gniek gniek…

Publicités
 

Quand c’est hideux, c’est mieux… 20 juin 2010

Filed under: Ainsi va la vie...,Trois pour Deux — 3pour2 @ 9:43

Telle pourrait être la devise de Ainé qui, du haut de ses 10 ans, commence à se passionner pour tout ce qui sort de l’ordinaire. Il passe des heures à feuilleter « le grand livre de l’incroyable » où l’on trouve toutes sortes de créatures plus …incroyables les unes que les autres. Tenez, il s’extasie devant une petite fille Indienne qui est née avec 4 bras et 4 jambes (NB : si la nature était bien faite, c’est sa mère qui aurait du avoir 4 bras); il se pâme devant le plus grand homme du monde, photographié avec le plus petit….. . Tout ce qui fait fuir le commun des mortels l’attire.

Sa dernière demande : que sa mère l’accompagne voir le film Splice car, selon sa propre analyse de la bande annonce, « c’est génial, l‘alien est laid et méchant et ça fait peur ». Sans plus tarder, le voilà qui essaie de convaincre sa génitrice en lui montrant ladite bandre annonce. (en 2 clics sur Youtube…voir article précédent).Efficace au demeurant. « Maman, pourrais-tu venir avec moi le voir? »…euh….pas une fan du genre moi…. Oh, mais qui vois-je? Serait-ce Adrien Brody? Je vais y réfléchir….

(NDLR : ce film reste interdit aux moins de 13 ans au Québec, 14 ans en Colombie Britannique et 18 and en Alberta et Ontario….il faudra attendre mon bonhomme.)

 

Sous les pavés….le temps qui passe. 17 juin 2010

Hier j’assistai à la présentation d’une étude sur les habitudes des jeunes canadiens (9 à 17 ans) dans le domaine des médias. En guise d’entrée en matière, on demandait à l’auditoire de penser à leur année de naissance et à un évènement qui la caractérise. Et puis, on leur demandait le même excercice…10 ans plus tard. Facile! J’suis capable de répondre : j’ai vu le jour alors que la poussière volait encore dans les rues de Paris dont on avait démantelé quelques pavés. L’année de mes 10 ans, les côtes de Bretagne changeaient de couleur et prenaient celles du pétrolier Amocco Cadiz.

Me voilà rassurée, la mémoire ne flanche pas.

Mais savez vous qu’entre l’année de sa naissance  et celle de ses 10 ans, Ainé aura assisté à la domestication d’Internet, avec fil, puis sans fil, à l’arrivée du cellulaire puis du Iphone et autre smart phone, de l’ appareil photo numérique (qu’il ne prend pas la peine d’appeler « numérique » d’ailleurs), des écrans plasma,  blue-ray,  Ipod et ses 4 générations, à Facebook, Twitter,Youtube, Dailymotion, à MSN, aux SMS  – et leur corollaire : la révolution orthographique – , aux consoles portables DS, PSP …et jusqu’au tout récent Ipad. Bref, si on lui pose la question dans quelques années sur ce qui a marqué l’année de sa naissance, que répondra t’il? Il a cotoyé plus d’information en circulation que tout ce qui a pu circuler en un siècle …

Mais avec toutes ces informations, aura t’il appris à faire une cabane dans un arbre? à mettre un ver au bout d’un hameçon? A se servir d’un lance-pierre? Aura t’il appris toutes ces jolies choses de la vie ailleurs que sur un écran? Je l’espère.

Sans vouloir me vanter, je suis quand même fière de savoir – à peu près – à quoi ressemblent toutes les inventions citées ci-dessus. Mais pour combien de temps? Un jour très prochain Ainé va me montrer un truc que je n’aurai vraiment pas vu venir …

En attendant, je me suis promis que pendant nos vacances qui commencent dans 10 jours, il était plus que temps que je lui montre où trouver des vers de terre….

 

Testostérone? 16 mai 2010

Filed under: Ainsi va la vie...,Trois pour Deux — 3pour2 @ 11:40

Scène #1, extérieur jour, années 70 : mon frère et deux voisins, environ 12 ans, trafiquent de vieux vélos pour en faire des « motos de cross ». Coussin sur le porte-bagages pour un semblant de siège biplace, épingles à linge dans les rayons pour un semblant de bruit de moteur et allez hop!, on s’élance vers un rocher de granit qui sert de tremplin pour mieux retomber sur ses deux roues (remarquez que l’option « retomber sur ses deux dents de devant » n’était pas à négliger). Et le regard des mamans attendries « ah, les jeux de gars…. ». Il y avait un je-ne-sais-quoi de rassuré dans ce regard, les gars « avaient des jeux de gars »..

Scène # 2, extérieur jour, 2010. Ainé impose à Cadet d’enfourcher son vélo. Cadet obtempère. Ainé prend position sur sa planche à roulettes. Entre les deux : une ficelle. Attachée à la selle d’un côté et tenue par Ainé de l’autre. Maintenant que vous avez le visuel, vous aurez compris qu’il s’agit de faire avancer une planche à roulettes grâce à un moteur propulsé par les mollets d’un petit frère. Premiers essais sur une vingtaine de mètres puis sur toute la rue. Ensuite, il faut tester le coeur de la mère. « Maman, viens voir, on a inventé quelque chose de cool ». Stoïque, la mère sort de la maison (sans leur dire qu’elle avait visionné tous les essais précédents par la fenêtre, une boîte de pansements et une bouteille d’antisceptique à la main) et regarde SES garçons. Et la seule chose qui lui vient à l’esprit c’est « ah, les jeux de gars!… ». Certes elle a fait les recommandations d’usage sur la ficelle qui peut se prendre dans la roue, l’absence de casque de Cadet (NB : dans la scène 1, cet accessoire était totalement superflu) et l’attention à porter aux voitures. Mais malgré tout ça, ce qu’elle pense, c’est que ses gars « ont des jeux de gars », des jeux qu’ils pensent être les premiers et les derniers à inventer, des jeux qu’on ne trouve sur aucune console et qui, quand on les laisse se faire, procurent des heures de plaisir et aident à grandir.

Je mets ma main au feu qu’un jour il y aura une scène # 3, extérieur jour, au cours de laquelle Ainé ou Cadet regarderont leur progéniture inventer le « jeu de gars » du moment….

 

Mémoire olfactive 2 avril 2010

Opération épicerie…vous savez, l’endroit où on a l’impression d’être déjà allé hier, avant hier et le jour précédent….

Aujourd’hui, je me suis fait plaisir; l’épicerie a eu lieu au Marché Adonis. Celle là, elle coûte souvent plus cher. Paradoxalement, c’est dans un endroit où tout est moins cher mais, que voulez vous, impossible de résister à ces viandes marinées, ces épices, olives, fromages et tous ces délices. On s’y fait littéralement attraper par le bout du nez.

Pourtant aujourd’hui, la « petite dépense en plus » ne m’a pas été suggérée par les étalages, les étiquettes « spécial »…non, la petite dépense en plus (très très raisonnable) fut un gros 1,99$ pour une petite bouteille de 270ml d’eau de fleur d’oranger. Mon regard est tombé sur elle et mon nez s’est réveillé…

Il y avait de l’eau de fleur d’oranger dans le placard de ma grand mère. Dans une  jolie bouteille bleue opaque. Toujours curieuse, j’ai demandé ce que c’était et, encore plus curieuse, j’ai ouvert le bouchon et senti. Senti? Humé! inhalé! Cette odeur m’a presque transportée; à la fois douce et délicate mais très tenace. Grand-mère m’a expliqué que c’était pour parfumer un peu les gâteaux; j’avais envie de dévorer tous les gâteaux du monde qui en contenaient! Par la suite, j’ouvrais la bouteille à chacune de mes visites…

Plus de 35 ans après, à l’autre bout du monde, j’ai craqué pour cette petite bouteille que je me suis empressée d’ouvrir en arrivant. Je n’ai pas retrouvé l’exhaltation de mon enfance mais j’ai retrouvé simplement un moment d’enfance : j’ai revu la scène : la disposition de la cuisine, grand-mère dans son fauteuil, grand-père sur le canapé, le placard et  la jolie bouteille bleue opaque.. Simplement par mémoire olfactive….. Merci mon nez!

Et vous, quelle odeur vous rappelle de bons souvenirs?